Quand on se rend à Milan, on s'attend tout naturellement à y trouver des souvenirs de Verdi mais pas de Wagner. Si le maître italien y est effectivement très présent, Richard Wagner doit se contenter de choses plus modestes, mais il a sa place dans la ville...  une vraie place qui porte le nom de Riccardo Wagner et où l'on peut se rendre en prenant la ligne 1 du métro  et en descendant à la station Wagner. 

Place Wagner

Station de métro Wagner

Place Wagner (plaque)

 

 

 

 

 

 

 

 La place est de taille moyenne et en son centre se trouve une halle aux victuailles. Tout autour, on trouve un café Wagner, une pharmacie Wagner ou une joaillerie Wagner, une teinturerie, des fruits et légumes Wagner et même un hôtel Wagner, bref tout un ensemble assez sympathique dont voici un petit aperçu en images :

Hôtel Wagner 1

 

Joaillerie Wagner

 

 

 

 

 

 

 

 

Teinturerie Wagner

 

Café Wagner

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout pour la Maison

 

Fruits et légumes

 

 

 

 

 

Salle Wagner

 Pas très loin de la place Wagner, se trouve la place Buonarotti où trône, non pas Michel-Ange, mais un majestueux Giuseppe Verdi. Juste à côté, la maison de retraite pour musiciens, construite à l'initiative de Verdi et financé par lui. C'est une belle demeure que nous avons eu la possibilité exceptionnelle de pouvoir visiter.

Monument à Verdi

 

 

 

Maison de retraite pour musiciens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous n'en avons vu, bien sûr, que les parties de réception, c'est-à-dire salons et salle d'honneur où sont exposés de très beaux portraits du Maître, diverses scuptures, des peintures, livres... ainsi que les deux meubles qui avaient été offerts à Verdi par le souverain d'Egypte à l'occasion de la création de Aïda au Caire.

Salon 2

salon 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

salon 1

Salle d'honneur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Meuble 1

meuble 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cela il faudrait ajouter le celèbre portrait de Verdi en gibus et foulard blanc qui est dans la salle d'honneur, d'autres très belles peintures du Maître dont une le représentant sur son lit de mort fort impressionnante, et également un beau portrait de Toscanini que je ne peux m'empêcher de vous faire voir.

Beau portrait de Verdi

Toscanini

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de partir, on ne manque pas de se recueillir sur les tombes de Verdi et de son épouse  situées dans une crypte. La visite de la tombe est libre et tous les touristes peuvent y aller.

Tombe de Verdi

Tombe de la femme de Verdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes allés aussi, naturellement, au musée de la Scala. Les salles, nombreuses mais assez petites, renferment de très beaux documents relatifs à Verdi et à son oeuvre : bustes, peintures, livres, costumes de théâtre... Mais on y trouve aussi deux bustes de Wagner (un grand et un petit) et des affiches de représentations wagnériennes données à la Scala, mais le masque mortuaire qui était là, il y a une trentaine d'années, n'y est plus....

Salle du musée 1

Salle du musée 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costumes de scène

Wagner grand buste

Wagner petit buste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Affiche 1

Affiche 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une des pièces du musée, se trouve un piano qui a une longue histoire : C'est un piano Steinway qui fut offert à Liszt en 1883 par la célèbre manufacture. Plus tard le piano fut donné à la petite-fille de Liszt, Daniela von Bülow, qui le fit installer dans la Villa Cargnacco au bord du lac de Garde. Quand la Villa fut réquisionnée par l'Etat italien le piano devint la propriété de Gabriele d'Annunzio. Ce n'est qu'au terme d'un long procès, après la mort de Gabriele d'Annunzio, que Daniela put reprendre l'instrument et elle en fit don au musée. 

piano 2

 Je voudrais encore vous montrer un buste de Enrico Caruso et un beau portrait de Renata Tebaldi.

Renata Tebaldi

Caruso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Ambroise étant le patron de la ville, nous nous devions d'aller jusqu'à la basilique qui porte son nom. La basilique que l’on peut admirer aujourd’hui est typique de l’architecture romane. Elle renferme la dépouille de Saint Ambroise.

Saint Ambroise (choeur)

 

Basilique Saint-Ambroise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin de ce week-end, et cela en avait été le prétexte initial, nous sommes allés à la Scala écouter un récital du grand baryton Bryn Terfel. Vue de l'extérieur, le bâtiment n'a rien de particulier mais dès qu'on y pénètre, on est saisi par l'architecture de cette merveilleuse salle. Quant à l'accoustique, c'est sans doute ce que l'on peut avoir de mieux et les Milanais ont raison d'être fiers de leur bel opéra.

Sclala de Milan extérieur

 

 

 

La Scala (intérieur)

Bryn Terfel interpréta des mélodies de Schumann en commençant par "les deux Grenadiers", puis de Schubert, des mélodies anglaises et les quatre chansons de Don Quichotte de Jacques Ibert.Il était accompagné au piano par Malcolm Martineau. En bis, il interpréta la Chanson de Mackie de l'Opéra de Quatre Sous, une mélodie galloise, le Credo de Iago, et il termina ce magnifique concert par l'air de Wotan de la fin de l'Or du Rhin, quand celui-ci invite Fricka et les autres dieux à le suivre au Walhalla. Il a dû comprendre que nous aimerions l'entendre dans Wagner ... à moins que ce soit Richi qui voulait nous faire plaisir...

Bryn Terfel est un merveilleux chanteur, capable de passer d'un genre à l'autre avec une grande facilité, à la voix ample et agile, pouvant chanter avec une grande puissance et, aussitôt après, faire des pianissimi dont seule une salle comme la Scala est capable de rendre la pureté. Ajouter à cela une présence scénique très forte, un air jovial et bon enfant et vous aurez un grand chanteur sympathique. Le public qui écouta dans un silence total, ne s'y trompa pas et lui fit une ovation bien méritée.

Voilà qui achevait en beauté un week-end dans la capitale lombarde. Mais on ne saurait partir de Milan sans évoquer sa magnifique cathédrale, véritable dentelle de pierre avec ses nombreuses flèches et ses encore plus nombreuses statues. Une vraie merveille que l'on ne se lasse pas d'admirer.

La cathédrale de Milan