Le Cercle Richard Wagner-Lyon avait invité en ce samedi 28 avril, le musicologue Nicolas Dufetel pour une conférence sur "Parsifal, opéra de lumières".

Nicolas Dufetel_modifié-1

Déjà bien connu et apprécié de notre Cercle, Jeune, sympathique et excellent orateur, Nicolas Dufetel n'a pu évidemment s'empêcher de commencer par une longue introduction sur Franz Liszt, qui a été longtemps et reste encore, l'objet de ses travaux. Liszt dont les liens personnels avec Wagner ne sont pas à rappeler, mais dans l'oeuvre duquel Richard, sous forme d'emprunts en petites touches, a puisé bien des innovations. Liszt, c'est aussi celui qui fit représenter pour la première fois Lohengrin, en août 1850. Véritable exploit que la création de cette oeuvre, quinze mois après le mandat d'arrêt lancé contre son auteur, exilé, banni des pays allemands, et considéré comme "individu particulièrement dangereux".

Avec des considérations musicologiques savantes et restées quelque peu obscures pour nombre d'auditeurs, dont nous-mêmes, le conférencier s'est attaché à préciser la ou les manières dont un compositeur obtient l'effet d'une clarté irradiante, éthérée, émanant d'un objet, d'un paysage ou d'un personnage, impression que rend admirablement le prélude de Lohengrin.

Dans Parsifal, la lumière, envisagée également dans son aspect technique sur le spectacle théâtral, intervient sous une forme qui doit être ressentie comme miraculeuse dans les deux scènes où elle descend sur le Graal.

Force est, lorsqu'on parle de cela, de se référer à des images bien anciennes, peintures de plus d'un siècle ou mises en scène de plus de quarante ans ! Merci à Nicolas de nous avoir passé un extrait du beau spectacle de Bayreuth mis en scène par Wolfgang Wagner.

Le conférencier nous a parlé avec enthousiasme, sincérité, animé par une évidente aspiration vers le "sublime". Mais on ne pouvait alors parfois empêcher notre esprit de retourner vers un monde bien plus ordinaire, celui par exemple où le mot "Gral" a pris une acception détestable. D'abord il faut obligatoirement l'avoir "décroché" pour signifier qu'on a gagné un concours de pétanque, pêché un silure gigantesque, ou passé le bac sans avoir eu recours à la séance de rattrapage.

Nicolas Dufetel, très applaudi, s'est ensuite prêté avec habileté au jeu des questions, certaines parfois insolites, en évitant soigneusement celles qui auraient pu heurter de toujours sensibles opinions religieuses. Le président Pascal Bouteldja, au nom de l'assistance, l'a chaleureusement remercié pour sa brillante prestation.

Graal Bayreuth

Le Gral des représentations à Bayreuth en 1882 avec ampoule et fil électrique

 

Dans la matinée, malheureusement en notre absence bien involontaire, Nicolas Crapanne a présenté sa série de vidéos d'interwiev de chanteurs wagnériens pour lesquels il avait obtenu l'aide précieuse de l'éminent spécialiste de Wagner et de l'art vocal, André Tubeuf. Son travail a été très apprécié et notre Cercle peut être heureux et fier de compter en Nicolas Crapanne, un adhérent aussi entreprenant, actif et talentueux.