Comme chaque année, nous sommes allés faire un tour à Bayreuth ; un Bayreuth qui n'a plus grand chose à voir avec celui que nous aimions : nombre de fidèles wagnériens ont, peu à peu, renoncé à demander des places pour les spectacles au Festspielhaus. Les places ne se revendent plus au "marché noir", trafic fréquent contre lequel luttait Wolfgang Wagner, mais plutôt à prix cassés, et il est maintenant possible d'obtenir, le jour même, des places au Kartenbüro qui, paraît-il, demande même au client quel genre de place il désire ! Enfin, le Ring va bientôt se vendre par journée, les pauvres spectateurs ne pouvant supporter les quatre opéras à la suite tant la vulgarité y est omniprésente.

Heureusement, il reste le buste du Maître sous lequel on peut poser pour une photo souvenir...

photo souvenir

Comme Wahnfried est toujours en travaux, l'ouverture étant prévue en 2015, nous nous sommes contentés de voir une exposition sur la famille Beidler à la Bibliothèque Municipale : Isolde, première fille illégitime de Richard et Cosima épousa le chef d'orchestre Franz Beidler. Il eurent un enfant, Wilhelm, qui fut le premier petit-fils de Wagner. En 1914, Isolde, qui voulait être reconnue comme la fille de Richard et Cosima et porter le nom de son vrai père, intenta une action en justice pour que Cosima la reconnaisse comme fille de Wagner. Mais Cosima nia et Isolde perdit son procès.Quant au fils Wilhelm, il épousa une juive, Ellen Gottschalk, et fut obligé d'émigrer en Suisse où il devint secrétaire de l'association des écrivains de Suisse à Zurich. Il se fit des amis importants dont l'écrivain Thomas Mann. Il fut un moment question d'eux deux pour prendre la direction du Festival de Bayreuth après la fin de la deuxième guerre mondiale. L'exposition montre de nombreux documents relatifs à Isolde, son mari et son fils, rarement vus et très intéressants ; en voici quelques éléments photographiques.

Isolde 1

Isolde 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Isolde et Franz Beidler

 

 

 

Isolde, Franz et le petit Wilhelm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Mann

 

Caricature de Cosima et Siegfried

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Bayreuth, nous sommes allés jusqu'à Leipzig, ville natale de Wagner, dont j'avais longuement parlé à l'occasion du Congrès qui s'y était tenu en 2013. Là nous avons rencontré notre ami Thomas Krakow, président du Cercle de Leipzig mais aussi nouveau président du Richard Wagner Verband International. Elu à Graz, en mai 2014, lors du congrès des Cercles Wagner, Thomas Krakow prend sa fonction très au sérieux et sera très certainement un excellent président. Nous nous sommes retrouvés pour un souper dans la cour du "Restaurant Wagner" où une table, orné d'un buste du Maître, nous attendait. Nous avons pu y déguster le fameux Leipziger Allerlei.

Petit souper avec Thomas Krakow

Ce restaurant est maintenant tenu par d'excellents professionnels et la carte fait, pour chaque plat, une référence pertinente et délicate au monde wagnérien. Une belle soirée très amicale. Thomas Krakow nous fit ensuite voir les arbres qu'il a fait planter sur la place voisine (Richard Wagner Platz) en hommage au Maître.

Thomas Krakow et ses arbres

plaque 1 pour un arbre

plaque 2 pour un arbre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Après Leipzig nous voulions aller revoir les châteaux de Louis II, mais le beau temps ne fut pas de la partie et c'est sous la pluie que nous allâmes visiter Linderhof. Nous voulions voir la cabane de Gurnemanz qui a été reconstruite, mais aussi revoir la maison de Hunding et la grotte de Vénus, les trois étant repartis dans le parc.

La cabane de Gurnemanz est très bien réussie et ressemble en tous points à celle que l'on trouve sur une aquarelle ancienne datant de 1882.

Cabane de Gurnemanz

Cabane de Gurnemanz 2

Aquarelle datant de 1882

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison de Hunding est moins récente. A l'intérieur, on retrouve l'arbre dans lequel est plantée Notung et l'âtre devant lequel Siegmund, qui repense à l'épée promise par son père, va s'endormir....

Maison de Hunding 1

Maison de Hunding 2

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, dans la grotte de Vénus, totalement artificielle, on peut voir la barque dans laquelle le souverain aimait venir, s'identifiant à Tannhäuser ou à Lohengrin...

Grotte de Vénus 1

La barque de Louis II

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite des deux châteaux de Hohenschwangau et Neuschwanstein s'étant révélée impossible, tant la file d'attente pour prendre les billets était longue, nous nous contentâmes de les voir de l'extérieur et sous la grisaille.

Neuschwanstein

 

Château de Hohenschwangau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En revanche, au pied des châteaux, s'est ouvert un musée relatif aux rois de Bavière où nous avons pu admirer plusieurs objets wagnériens. D'abord trois statues représentant Tristan, Lohengrin et Walther et provenant du château de Berg. Ces statues, que l'on doit à Kaspar Zumbusch, ont été faites en plusieurs exemplaires, et étaient en réalité au nombre de sept : Tristan, Lohengrin, Walther, Tannhäuser, Siegfried le Hollandais et Parsifal (ce dernier ayant paraît-il disparu dans les tourments de l'Histoire). Avant la fermeture de Wanhfried, on trouvait dans le hall de la Villa celles des six héros restants.

Statues de Zumbusch

Deux autres très beaux objets sont exposés au musée : une statuette en porcelaine de Meissen représentant Lohengrin tiré par son cygne. L'esquisse sculptée est due à Kaspar Zumbusch mais le modèle fut détruit sur l'ordre du roi. On trouve aussi une précieuse montre dont le dos représente le réveil de Brünnhilde. Cette montre avait été offerte par Louis II au chanteur Heinrich Vogel.

Lohengrin sur son cygne

Montre cadeau de Louis II

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre voyage nous conduisit ensuite à Munich où nous avons photographié une fois encore la statue de Richard dans le square situé à côté du Prinzregenten Theater. On voit que l'architecture de celui-ci est fortement imitée de celle du Festspielhaus de Bayreuth.

Wagner à Munich

Prinzregenten Theater

 

 

 

 

 

 

 

 La dernière image wagnérienne de ce voyage sera celle du buste de Richard qui trône à côté de ceux de Weber et de Mozart sur la façade de l'opéra de Zurich.

Wagner à Zurich

Pour terminer, voici les souvenirs que nous avons rapportés : un emporte-pièce en forme de cygne, pour faire des petits sablés aux adhérents lors des arrosages, et un beau buste de Lohengrin en bronze.

Statuette de Lohengrin

 

 

 

 

 

 

moule à sablés